Le Château médiéval de Thol

Le château de Thol, l'une des quatre plus belles ruines de l'Ain, est inscrit à l'Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques. 


Trois personnes en sont propriétaires depuis 2000. Elles ont créé une association "les paladins de Thol" dont le but est la sauvegarde et la restauration des lieux. 

 
 
HISTORIQUE tour Sud

La première inféodation de la seigneurie de Thol a été faite en 1330 par le Comte de Savoie à Barthélémy de la BALME, lequel eut un fils Guillaume qui mourut sans héritier. Sa femme, Catherine de SALES, se remaria à Humbert de LUYRIEUX qui devint à son tour Seigneur de Thol et qui, en 1371, le céda pour dette à Pierre de BRENOD. LUYRIEUX le racheta et le donna en dot à sa fille, Marguerite, qui épousa Derriosus de VAUGRIGNEUSE. Le château resta deux siècles à cette famille. La seigneurie passa ensuite par dot à Claude de SALINS, Seigneur de Vincelle en Charolais, dont le fils héritier Aymé, Seigneur de Vincelle et de Thol vendit ce dernier à Claude II de COUCY, Seigneur de Chateauvieux, le 13 avril 1577. En 1615, c'est René de VIENNE, Comte de Chateauvieux, qui en devint Seigneur par héritage. Châteauvieux ayant été érigé en Comté, René de VIENNE et sa famille vendirent en janvier 1662 tout le Comté (Châteauvieux, Fromente, Beaurepaire, Villerevesure, les Feuilles et Thol) à Barthélémy GUESTON, lequel eut une fille (Anne) qui, en 1697, épousa Paul GAYOT et lui apporta en dot le Comté de Châteauvieux, Thol et le reste. Après donation et héritages successifs, Thol était toujours aux mains de la famille GAYOT quand survint la Révolution de 1789. En 1790, Châteauvieux passa aux BRAC de la PERRIERE, mais le château de Thol, devenu inutile, était déjà depuis longtemps à l'abandon. 
ARCHITECTURE 

entrée
On ne connaît pas la date précise de la construction du château de Thol. Son emplacement élevé a dû être depuis des temps très anciens un observatoire sur la vallée de l'Ain. On pense que c'est vers 1100 ou 1200 que l'on commença à empiler sur ce promontoire de Thol (qui signifierait "hauteur", "colline"...) des milliers de tonnes de pierres soigneusement taillées et assemblées pour résister aux éventuels assaillants avides de conquêtes. 

fenêtre corps de logisPar rapport à beaucoup d'autres châteaux forts, Thol est d'une conception plutôt simpliste, quoiqu'efficace sur le plan de l'autodéfense : une espèce de cube de 32 à 33 mètres de côté, représentant une surface au sol d'environ 1.000 mètres carrés et entouré d'un fossé sec. Le corps de logis aurait été à l'origine une maison forte au 12ème siècle, à laquelle auraient été rajoutées, au Nord et à l'Ouest, deux tours carrées dans la tradition des donjons de cette époque, d'environ 20 mètres de haut (sans toiture à ce jour), aux murs épais de près de 2 mètres et comportant 4 étages. Une enceinte de 10 à 12 mètres de haut fut également construite. Un chemin de ronde faisait le tour du château au 13ème et au 14ème siècle. Chaque étage est pourvu d'une fenêtre jumelée avec une petite colonne centrale cannelée, décorée avec des motifs floraux, flanquée de sièges. Les fenêtres donnent sur la cour centrale du château. Sur le côté Sud, les tours présentent des fentes en pierre, rectangulaires, qui ont été élargies à la base dans une phase suivante, pour les adapter à l'artillerie. 


 
plan du château de Thol
fenêtre intérieure tour Ouest

Le grand portail, au Sud, qui devait être précédé d'un pont-levis, donne sur une vaste cour. Au pied d'un des murs, fut découvert un certain nombre de flèches dont il ne reste évidemment que la pointe en métal : c'est contre ce mur que s'entraînaient les archers du Seigneur. Presque au centre de la cour, le logis, dont on peut se faire une idée assez précise malgré l'importante des éboulis. Une base de colone octogonale émerge du sol et permet d'extrapoler sur les voûtes gothiques qu'elle devait soutenir autrefois : c'était sans doute la salle d'apparat. Contre le mur Nord, les emplacements des cheminées sont visibles sur plusieurs étages. Un peu en arrière, les chambres et corridors dont il reste de superbes fenêtres. 




 



RESTAURATION 

intérieur tour OuestLe premier travail réalisé par les propriétaires actuels en 2001- 2002 fut d'aménager le tour du site, de mettre les ruines au soleil et de les dégager de la végétation pour les rendre plus saines. 

En 2003/2004, un programme de sécurisation des murs d'enceinte et des tours est prévu, le liant d'assemblage des pierres étant fortement altéré par le temps et par les racines du lierre qui a envahi les murs durant des années. 

Cette phase de sécurisation terminée, la restauration concernera la tour la plus haute (2005/2006) : réparation des fissures, montage de planchers successifs, construction d'une toiture. Puis vers 2007 et au-delà, il faudra s'attaquer au redressement des murs du logis central, et à la réalisation de la charpente et de la toiture en tuiles de ce logis. 

Fin 2009, la tour Ouest du château a retrouvé ses 3 étages ; poutres et plancher ont été replacés avec trappe, escaliers et une porte donnant sur la courtine. La toiture provisoire est pratiquement terminée. La fenêtre géminée manquante vient d'être taillée et sera installée courant 2010. Un jardin médiéval a également été créé avec la collaboration des écoliers de CE2 de Neuville sur Ain.

 

Source Article : reportage réalisé en Octobre 2003 "La passion des châteaux" 

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site

Association Patrimoine de Neuville sur Ain - 2017